Est-il possible de traiter avec BLES® des nouveau-nés dont le poids de naissance est extrêmement faible?
Oui. BLES® a été cliniquement évalué lors d’essais contrôlés chez des nouveau-nés qui pesaient entre 380 g et 4460 g. La dose recommandée de BLES® est de 5 ml par kilogramme de poids corporel. Par conséquent, le volume d’une dose est proportionnel au poids du nouveau-né. Un nouveau-né plus petit recevra un plus faible volume de dosage de BLES®. Par exemple, un nouveau-né de 1 kg recevra 5 ml de BLES®. Par contre, un nouveau-né de 400 g recevra seulement 2 ml de BLES®
Quels sont les avantages d’une dose de volume relativement élevé de BLES®?
Lorsqu’administré rapidement sous forme d’une dose bolus, il a été observé lors d’études pré-cliniques que de plus grands volumes de surfactant contenant des quantités relativement élevées de SP-B et de SP-C permettaient une répartition plus uniforme dans les poumons, améliorant la réponse au traitement.1,2
Pourquoi est-il recommandé d’utiliser une dose bolus pendant l’administration de BLES®
La répartition homogène du surfactant sur une plus grande surface du poumon est essentielle au succès de la thérapie.3Des études pré-cliniques ont montré qu’une dose bolus rapide assurait la formation d’un ménisque, remplissant la trachée et les bronches avec le bolus, depuis lequel un processus de dispersion plus uniforme peut se produire.1
Devrais-je utiliser une méthode à perfusion lente lors de l’administration de BLES®?
Non. Il est peu probable qu’une technique d’administration lente formera un ménisque dans la trachée. En l’absence d’un ménisque liquide, la répartition de surfactant devient dépendante de l’orientation des voies aériennes par rapport à la gravité. Cette situation peut mener à une sur-dilatation de certaines parties du poumon4, se traduisant potentiellement par une compliance pulmonaire inégale
Devrais-je utiliser des aliquotes d’essai lors de l’administration de BLES®?
Non. Les aliquotes d’essai pourraient mener à une répartition inégale dans les poumons. Cette situation peut mener à une sur-dilatation de certaines parties du poumon4, se traduisant potentiellement par une compliance pulmonaire inégale. En outre, Rubin et coll. ont constaté que de petites aliquotes d’essai peuvent favoriser la mobilisation de mucus résidant qui peut se traduire par une obstruction du tube endotrachéal.Voir ci-dessous
À quelle fréquence le tube endotrachéal (TET) se bloque-t-il pendant l’administration de BLES®? Quelle est la procédure recommandée pour traiter un blocage du TET?
BLES® présente une faible viscosité qui contribue à un faible taux de blocage du TET. Depuis son approbation de commercialisation, seulement 0,02 % des patients estimés traités ont rapporté avoir rencontré des complications liées au TET. Plus particulièrement, en ce qui a trait à une obstruction aiguë des voies respiratoires, Rubin et coll. ont constaté que l’obstruction des voies respiratoires dans un SDR peut être causée, en partie, par des propriétés anormales du mucus et une insuffisance du transport ciliaire. Ce traitement par surfactant peut améliorer la clairance du mucus des poumons5. Par conséquent, BLES®peut favoriser le mouvement du mucus résident qui pourrait causer une obstruction. Les nouveau-nés peuvent subir une obstruction par le mucus, plus particulièrement si les sécrétions pulmonaires sont importantes avant l’administration de BLES®. Les nouveau-nés dont la ventilation devient nettement insuffisance pendant ou peu après le dosage peuvent souffrir d’une obstruction par le mucus du TET. L’aspiration de tous les nouveau-nés avant le dosage peut atténuer la possibilité de bouchons de mucus obstruant le TET. Si l’on soupçonne une obstruction causée par de tels bouchons et que l’aspiration échoue à retirer l’obstruction, le TET bouché doit être replacé immédiatement.
Comment la faible viscosité de BLES® influence-t-elle la répartition du surfactant dans les poumons?
Lorsqu’il est administré par une dose bolus rapide, le volume élevé et la faible viscosité de BLES®, en association avec des concentrations relativement élevées de SP-B et de SP-C, peuvent contribuer à l’efficacité du surfactant.6 Une bonne ventilation peut distribuer le surfactant à faible viscosité aux voies aériennes terminales, menant à une diffusion rapide en quelques respirations et à une répartition plus uniforme du surfactant dans les poumons.7 Pour ces raisons, les surfactants avec une viscosité de surface inférieure peuvent être préférés pour une application endotrachéale. En outre, une viscosité de surface inférieure correspond à une perte moindre de surfactant au revêtement des voies aériennes supérieures.7,8
Est-ce que BLES® peut être administré à l’aide d’une technique de traitement par surfactant à effraction minimale (MIST)
Une étude menée à l’Université du Manitoba a conclu qu’un grand volume de surfactant (BLES®) peut être administré efficacement et en toute sécurité sans interrompre un NCPAP à l’aide d’un petit cathéter vasculaire à des nouveau-nés prématurés de moins de 35 semaines avec un SDR.9
À quel délai de réponse puis-je m’attendre après l’administration de BLES® au patient?
Comme BLES®agit rapidement pour améliorer l’oxygénation et la compliance pulmonaire, il est très important que le patient soit étroitement suivi après l’administration, les réglages de respirateur étant modifiés en réponse aux changements. Une expérience clinique récente a constaté que la plupart des patients traités à BLES®étaient sevrés à l’air ambiant dans les 30 minutes. Toutefois, il a été rapporté que des nouveau-nés avaient été sevrés à l’air ambiant en aussi peu qu’une minute.10
Quand puis-je administrer une dose répétée de BLES®?
Les nouveau-nés peuvent recevoir jusqu’à trois doses supplémentaires de BLES®au cours de leurs cinq premiers jours de vie. Les critères des doses supplémentaires sont une réponse positive à la dose précédente et une augmentation dans le soutien respiratoire comme indiqué par une augmentation graduelle de la FiO2. Cette augmentation doit être d’au moins 10 % supérieure à la FiO2 requise après la réponse initiale à la dose précédente de BLES®. Il n’existe aucun temps minimal requis entre les doses.
Comment est-ce que je réchauffe le BLES® avant l’administration?
BLES®doit être amené à la température ambiante au moins, sans excéder la température du corps humain, avant d’être administré. Le réchauffement peut être fait en utilisant une des méthodes suivantes : (les délais sont approximatifs) :

Méthode de réchauffement Fioles réfrigérés Fioles congelées
Dans la main 5 min. 10 à 15 min.
Sur le comptoir 20 min. 60 min.
Dans un bain d’eau à 37°C 2 min. 5 min.

Une fois rendue à température ambiante, retourner ou tourbillonner doucement la fiole afin de remettre en suspension les lipides et de disperser tout agglomérat. Inspectez la fiole pour assurer l’homogénéité. Il est normal que les fioles réchauffées aient une dispersion homogène de globules de lipide fines mais visibles. Vérifier la coloration blanchâtre à jaune pâle de la suspension.

Que se passe-t-il si le produit ne change pas de phase dans le congélateur?
Certains flacons « congelés » ne se solidifieront pas. Il s’agit d’une éventualité normale qui n’influence pas la qualité du produit
Une fois congelé,BLES® possède une très longue durée de vie. Pourquoi sa durée de vie réfrigérée n’est-elle que de dix mois?
Les spécifications de stabilité biophysique et chimique sont les mêmes que les spécifications de libération pour ces attributs. Ceci signifie que, à la fin de la période de la durée de vie congelée de 36 mois ou de la durée de vie réfrigérée de 10 mois, la qualité du médicament est identique à celle d’un lot récemment préparé.


1 Espinosa, F.F., Kamm, R.D. Meniscus formation during tracheal instillation of surfactant. J Appl Physiol 85: 266-272, 1998
2 Nouraeyan, Lambrinakos-Raymond, A., Leone, M., Sant’Anna, G. Surfactant administration in neonates: A review of delivery methods. Can J Respir Ther. 2014 Autumn; 50(3):91-95
Guttentag, S., Foster, C. Update in Surfactant Therapy. NeoReviews V. 12 No. 11 November 2011: 625-633

4 Ueda, T., Ikegami, M., Rider, E. D., Jobe, A. H. Distribution of surfactant and ventilation in surfactant-treated preterm lambs. J. Appl. Physiol. 76(1):45-55, 1994.
5 Rubin, B.K., Ramirez, O., King, M. Mucus rheology and transport in neonatal respiratory distress syndrome and the effect of surfactant therapy. Chest. 101;1080-1085, 1992.

Lewis, J. F., Goffin, J., Yue, P., McCaig, L. A., Bjarneson, D., Veldhuizen, R. A. W. Evaluation of exogenous surfactant treatment strategies in an adult model of acute lung injury. J. Appl. Physiol. 80(4):1156-1164, 1996. And in-house testing
Nouraeyan, et al. Surfactant administration in neonates: A review of delivery methods. Can J Respir Ther. 2014 Autumn; 50(3):91-95
Lewis, et al. Evaluation of exogenous surfactant treatment strategies in an adult model of acute lung injury. J. Appl. Physiol. 80(4):1156-1164, 1996.

Seshia, M., Ethawi, Y. A., Hussain, A., Minski, J., Miller, J., Alvaro, R. Large volume surfactant administration in preterm infants using minimally invasive technique (ECALMIST; Early CPAP and Large Volume Minimal Invasive Surfactant Therapy). Abstract.
10 Stockley, E., Valotaire, R., Miller, M., da Silva, O. Effects of bovine lipid extract surfactant administration in preterm infants treated for respiratory distress syndrome. Health Sci Rep2018;e34.